Étiquettes

,

Ti amo da qui alla fine del mondo… di nuovo qui all’infinito.

L’Italie et ses déclarations d’amour ‘sauvages’… Une des premières choses que j’ai remarqué en arrivant en Italie, c’est la liberté avec laquelle les italiens prennent les trottoirs, les murs, ou voire même pire les monuments, pour des espaces libres d’expression. En effet, il n’est pas rare de tomber sur des murs, comme celui-ci sur les bords du Tibre pris en photo à l’époque par mon cousin qui m’en avait demandé la traduction, ou même des trottoirs (plus souvent des sorties d’immeuble afin que la fiançée tombe dessus en sortant le matin), recouverts d’une déclaration d’amour, ou appel désespéré à la ‘ragazza’ qui ne veut pas revenir, ou encore des propos politiques.

La grande romantique que je suis, dans un premier temps n’y vois que le côté positif et pense ‘wooo les italiens n’en ont même plus assez des sms, mail et facebook pour exprimer leur amour,  il faut même qu’ils aillent l’écrire sur les murs et trottoirs !’ (Flavie arrête ça craint !), mais soyons honnêtes, il s’agit ni plus ni moins de tags, moches, on ne parle pas de street art, et inutiles en plus. Sérieux, qui s’amuse de savoir que machin aime bidule à tel point qu’il se sent ‘trois mètres au-dessus du ciel’ sérieux ? (Trois mètres au-dessus du ciel, est à la base le titre du livre de Federico Moccia sorti en 1996 et réalisé à l’écran en 2004. Du succès du film on en tire 2 choses, enfin 3 avec Riccardo Scamarcio, les cadenas accrochés à Ponte Milvio à Rome et les écritures sur les ponts et murs).

Mais tant que cette chose/mode ne sera pas punie, rien ne changera et les dépenses pour nettoyer (si c’est nettoyé) resteront telles qu’elles sont. Ok, on ne parle pas d’une mince affaire que de prendre en flagrant délit un jeune qui tague (souvent de nuit) le devant d’immeuble de sa copine, mais j’ai juste envie de dire, à Rome, vous êtes capables de mettre des amendes aux touristes qui mangent des sandwichs près des monuments, et pour ça vous, vous proposez quoi ?

Publicités